dimanche 23 septembre 2007

Recherche universitaire/University research

L’université n’est pas amusante, jusqu’à temps que vous travailliez pour l’améliorer. Je suis dans le cours ENVR 401 - Recherche environnementale, dans le projet nommé Bulletin de durabilité de McGill. Le réseautage est la clé, ici; je suis particulièrement enthousiasmée par le partage du savoir, avec la reconnaissance nécessaire des efforts de tout un chacun.

Sérieusement, je ne pensais jamais atteindre ce niveau d’éducation post-secondaire. L’école ne m’a jamais allumée, à cause de problèmes de relations personnelles. Je voulais tout lâcher au secondaire, j’ai fait mon chemin jusqu’au Cégep parce que je voulais apprendre l’allemand, je me suis inscrite à l’université parce que je voulais savoir ce qui se cache derrière toutes les langues. J’ai appris cela, mais je n’en obtiendrai jamais preuve. Plus important encore, je me suis enrôlée dans un champs d’étude qui m’a toujours été naturel: l’environnement. J’ai intensément embrassé le lavage de cerveau, allant aussi loin que la modification de mon style de vie. J’ai découvert la politique semblable à ma façon de penser: les Partis Verts.

Maintenant que je fais de la recherche, je ne suis plus dégoûtée par l’idée de devoir obtenir une maîtrise pour accéder à tous les emplois environnementaux que je veux. Bien sûr, je ne suis pas un génie, et je n’ai pas travaillé assez fort pour sauter de mon bac à la maîtrise, et je ne voudrais pas. J’ai tout d’abord besoin de faire mes pas hors de la tour d’ivoire, durant au moins trois ans. Mais en attendant, je n’arrêterai pas de regardé d’un oeil déterminé les hauts-lieux du savoir.
University doesn’t get fun until you get to work to improve it. I’m in the ENVR 401 - Environmental Research class, on the project called McGill Sustainability Report Card. Networking is the key here; I’m particularly excited by knowledge sharing, with due recognition of everyone else’s effort.

Seriously, I never knew I’d make it up to this level of post-secondary education. School never turned me on, mostly because of personal relationship problems. I wanted to drop everything in high school, I made my way to Cégep because I wanted to learn German, I enrolled in university because I wanted to know what lies beneath all languages. I learned that, though I’ll never get a proof for it. Most importantly, I registered in a field that always was natural to me: environment. I embraced the brainwash intensely, as far as to modify my lifestyle. I discovered politics similar to my way of thinking: the Green Parties.

Now that I got into research, I’m not disgusted anymore by the thought of being obliged to obtain a Master’s degree to access all the environmental jobs I want. Of course, I’m no genius, and I haven’t worked hard enough to jump from Bachelor to Master’s, and I wouldn’t want to. I need to step out of the ivory tower first, during at least three years. But in the meanwhile, I won’t stop from looking with determined eyes at the heights of the knowledge source.

Aucun commentaire: